A l'ONU les dictatures n'arrivent pas a empêcher la critique de l'inaction en faveur des droits de l'Homme

Iran, Cubala Chine, le Pakistan, l’Egypte, le Venezuela exigent de réduire au silence UNWatch

Le Catalogue mondial 2014 de l’inaction de l’ONU contre les violations des droits de l’homme
Interpellation du Conseil des droits de l’homme, par le Directeur exécutif d’UN Watch, Hillel Neuer, le 19 Juin 2014, au cours du débat au titre du point 3 de l’ordre du jour, “Promotion et protection de tous les droits de l’homme”
Je vous remercie, Monsieur le Président.
Les membres de ce Conseil ont été mandatés par la communauté internationale pour protéger les victimes de violations des droits de l’homme dans le monde. Ce Conseil remplit-il son mandat?
Prenons le plus fondamental de tous les droits humains, le droit à la vie, en examinant ce qui s’est passé au cours des 12 derniers mois dans le monde,
Juillet 2013, la Turquie: les médecins signalent que dans les manifestations parc Gezi, la police a tué 5 personnes, en a blessé 8163 et utilisé des armes anti-émeute chimiques contre plus de 10 000 personnes.
Août, Egypte: Les autorités écrasent le sit-in organisé par des partisans du président déchu Morsi, tuant 1,000 personnes.
Septembre, Iran: Un mois après l’investiture du président Rouhani, au milieu des promesses de réformes des droits de l’homme, des responsables iraniens ignorent les appels de l’ONU, et pendent un nombre record de 50 personnes.
Le conseil a-t-il réagi par des résolutions, des débats d’urgence, ou des enquêtes pour déterminer les faits et demander des comptes aux responsables de ces crimes? Non Sa réponse fut le silence.
Octobre, Afghanistan: Les terroristes font sauter un minibus et tuent 14 femmes et un enfant en route pour un mariage.
Novembre, Libye: La milice tue 31 personnes lors de manifestations à Tripoli et en blesse 235.
Décembre, Sud-Soudan: la BBC rapporte des massacres à caractère ethnique, dont 200 personnes abattues par les forces de sécurité.
Janvier, Pakistan: 236 civils tués par des attaques terroristes.
La réponse de ce Conseil? Le silence.
Février, Ukraine: la police tue 75 manifestants sur la Place de l’Indépendance de Kiev.
Mars, Chine: le militant des droits de l’homme Cao Shunli, qui a été arrêté pour avoir tenté de se rendre à Genève et de participer ce Conseil, meurt mystérieusement en prison.
Avril, Irak: 750 Irakiens tués, 1541 blessés par le terrorisme et d’autres formes de violence.
Mai, Venezuela: les troupes arrêtent 243 étudiants manifestants et tue l’un des leurs, ce qui porte le nombre de morts à 42 depuis le début des manifestations de l’opposition.
Enfin, Juin – il y a quelques semaines – au Nigeria: Boko Haram massacre 200 civils tout en gardant les 276 filles enlevées en Avril dans leur école …
PrésidentS’il vous plaît, puis-je vous demander de vous interrompre ? Il y a un rappel au règlement du Venezuela …
VenezuelaJe pense que cet intervenant est hors sujet et je lui demande de se limiter aux points de l’ordre du jour à l’examen. Il a également mentionné mon pays et je prendrai la parole plus tard…
France: La France attache une grande importance à la voix de la société civile qui devrait être en mesure de s’exprimer librement pendant les sessions du Conseil et de contribuer à son travail …
USADans la même veine que mon collègue de la France, nous croyons fermement que les ONG et la société civile doivent se faire entendre … Ce que l’orateur a dit est cohérent avec le sujet de ce point à l’ordre du jour, nous vous recommandons à le laisser continuer.
CubaJe lis l’ordre du jour, [et] si j’ai bien compris nous n’avons jamais parle des pays. Nous ne comprenons pas pourquoi l’ONG a passé la totalité de son temps à parler de la situation des pays. Ce n’est pas le point à l’ordre du jour pour cette …
L’Irlande: Nous pensons que l’orateur respectait l’ordre du jour en donnant des exemples concrets liés à ces thèmes et par conséquent nous demandons de bien vouloir l’autoriser à continuer.
Chine: la Chine demande au président de prendre la décision de mettre fin à l’intervention de cette ONG.
Canadale Canada, tout comme d’autres qui ont parlé avant nous, croit fermement que les ONG accréditées doivent être autorisés à prendre la parole au conseil … Il est essentiel de respecter l’accent mis par le conseil sur un dialogue ouvert. C’est une question de liberté d’expression … Les déclarations qui ont été faites étaient pertinentes par rapport à l’ordre du jour qui ont été discutées.
Norvège: Cette déclaration ne doit pas être interrompue parce qu’une ONG mentionne des exemples concrets de violations des droits de l’homme, nous vous demandons donc de laisser l’orateur de poursuivre sa déclaration.
Iran: Ma délégation voudrait appuyer la motion d’ordre présentée par la délégation du Venezuela. 
Pakistan: Ma délégation approuve également le rappel au Règlement soulevé par le Venezuela. Il est important de respecter et d’adhérer aux règles de procédure, il nous faut discuter des questions pertinentes à l’ordre du jour.
Royaume-Uni: Le Royaume-Uni soutient le droit des ONG accréditées à parler au Conseil des droits de l’homme … Nous demandons au Président autorise l’intervenant à terminer sa déclaration.
EgypteNous voulons juste ajouter aussi notre voix à celle d’autres orateurs qui ont insisté sur la nécessité de parler en adéquation avec le point de l’ordre du jour. Nous ne croyons pas que ce qui a été mentionné dans la déclaration de l’ONG ici concerne notre discussion .. ce Conseil a certaines règles et règlements, nous devons tous les respecter.
PrésidentCe que je peux dire, c’est que déjà j’ai remarqué que vous êtes d’accord que les ONG ont le droit de parler. Les questions relatives aux droits de l’homme n’ont pas lieu dans un contexte abstrait … Si un orateur devait se référer à des questions relatives aux droits de l’homme au titre du point à l’ordre du jour, il est possible que le représentant donne des exemples ou des illustrations provenant d’exemples précis tirés de situations particulières … Je rends la parole à l’orateur.
UN Watch (Hillel Neuer)Je vous remercie. Monsieur le Président, si parler de la nécessité, urgente, de prendre des mesures en faveur des victimes de violations des droits de l’homme dans le monde est “inapproprié”, alors,  pourquoi sommes-nous ici?
Traduit par Observatoire du Moyen-Orient

Share

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Recent