Alfonso Nsue Mokuy, 3e ministre des droits humains le 13 mai 2019.

Genève, le 13 mai 2019 – Après les éloges faites à la Corée du Nord, la République Démocratique du Congo et le Brunei la semaine dernière, le Conseil des Droits de l’Homme a applaudi la Guinée Equatoriale, où le président actuel est au pouvoir depuis un coup d’Etat en 1979.

Selon UN Watch, parmi les 82 pays qui ont pris la parole lors de la séance de revue du comportement de la Guinée Equatoriale en matière de droits humains, 57 l’ont largement félicitée. 17 pays supplémentaires ont félicité la Guinée pour ses succès tout en suggérant une certaine vigilance dans leur déclaration.

Alfonso Nsue Mokuy, 3e ministre des droits humains, représentait la Guinée Equatoriale ; il a assuré que le gouvernement respectait les droits de la société civile et la liberté de la presse : « La Guinée Equatoriale favorise les médias indépendants, les journalistes travaillent librement et sans contrainte, aucun journaliste n’est persécuté, aucun journaliste n’est en prison ».

Quelques citations remarquables :

Nicaragua : « Nous reconnaissons les actions exemplaires des autorités ».

Chine : « Nous apprécions les efforts en matière de droits humains ».

Corée du Nord :  « Nous remarquons que le gouvernement a fait des efforts et des progrès sincères ».

Venezuela : « Nous souhaitons la bienvenue à la grandiose et éminente délégation ».

 

Author

Emmanuelle Kasavi

Related Posts