Le chef des droits de l’homme de l’ONU condamne Israël et refuse d’appeler la tuerie une attaque terroriste.

Share

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Recent

New High Commissioner of the United Nations (UN) for Human Rights, Zeid Ra'ad al-Hussein of Jordan, attends a press conference on October 16, 2014 in Geneva. AFP PHOTO / FABRICE COFFRINI        (Photo credit should read FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images)
Le Prince Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein est l’actuel Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme

A l’inverse de la déclaration du Secrétaire Général Ban Ki-moon, le haut-commissaire aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein a manifestement refusé d’appeler la tuerie du 8 juin à Tel Aviv commise par des Palestiniens sur des Israéliens une attaque terroriste, malgré les 4 morts et 16 blessés, et refusé également de mentionner que les attaquants étaient Palestiniens. De plus, contrairement à Ban Ki-moon, Zeid n’a pas critiqué les chefs du Hamas pour avoir célébré le meurtre.
Plutôt, la majeure partie du commentaire de Al-Hussein visait la condamnation de la réponse d’Israël aux meurtres. Il a ainsi justifié les attaquants en insistant sur un supposé ‘sentiment ‘injustice et de frustration ressenti par les Palestiniens en cette période si tendue”. Ci-dessous son commentaire.


Note de communiqué de presse sur Israël / les territoires palestiniens occupés
Porte-parole du haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme: Ravina Shamdasani
Localisation: Genève
Date: le 10 juin 2016
Le haut-commissaire condamne l’attaque à l’arme à feu de mercredi à Tel Aviv au cours de laquelle quatre Israéliens ont été tués et d’autres ont été blessés. Il s’agit de la perte d’Israéliens la plus importante en une seule et unique attaque depuis le début de la présente montée de violence.
Nous sommes également préoccupés par la réponse des autorités israéliennes, laquelle comprend des mesures qui pourraient aller jusqu’à la punition collective, ce qui renforcerait le sentiment d’injustice et de frustration ressenti par les Palestiniens en cette période si tendue. La réponse consiste notamment en l’annulation de 83000 permis accordés aux résidents de Cisjordanie et de la bande de Gaza autorisés à voyager pendant le ramadan, la suspension de 204 permis de travail d’individus prétendument liés à la famille étendue des attaquants, et l’interdiction d’accès à l’ensemble de leur village par les forces de sécurité israéliennes.
Israël est tenu, du point de vue de ses droits de l’homme, de rendre les coupables responsables de leurs crimes. Ce qui est fait. Cependant les mesures prises à l’encontre de l’ensemble de la population punit non seulement les auteurs du crime mais aussi des dizaines, peut-être des centaines, de milliers de Palestiniens innocents.
FIN
Pour plus d’information et tout requête d’ordre journalistique, merci de contacter Rupert Colville (+41 22 917 9767 / rcolville@ohchr.org ) ou Ravina Shamdasani (+41 22 917 9169 / rshamdasani@ohchr.org) ou Cécile Pouilly (+41 22 917 9310 / cpouilly@ohchr.org)