UN Watch in the News

Full letter in French and in English below

La Tribune Genève
Hillel Neuer
Nov. 15, 2008

Genève, 3 novembre. – Dans l’article «Portraits d’Américains de Genève» paru le 1er novembre dans la Tribune, on peut lire à propos du journaliste Robert James Parsons que «ses critiques de la politique d’Israël à l’égard des territoires palestiniens lui ont notamment mis à dos l’organisation non gouvernementale UN Watch». (…) En tant qu’organisation non gouvernementale qui promeut les droits de l’homme et qui protège énergiquement la liberté d’expression, nous ne nous sommes jamais «mis à dos» un journaliste pour ses opinions. Lors de la seule interaction que nous ayons eue avec M. Parsons, les faits étaient en réalité complètement différents. En juillet 2005, il a pris la parole lors d’une conférence de presse pour encourager les officiels des Nations Unies à défendre Jean Ziegler. Ceci faisait suite à une comparaison par Ziegler des Israéliens aux nazis, pour laquelle il fut condamné respectivement par le secrétaire général des Nations Unies Koffi Annan et par la Haute Commissaire aux droits de l’homme Louise Arbour. Une réprimande sans précédent pour un délégué des Nations Unies. Annan et Arbour avaient agi après qu’UN Watch, qui combat le racisme et l’antisémitisme, eût porté l’incident au grand jour. Agissant plus comme un partisan politique qu’un journaliste, Parsons a critiqué violemment UN Watch lors de cette conférence de presse (…).

Hillel C. Neuer,directeur exécutif de United Nations Watch

 

Copyright 2008, La Tribune Genève
http://www.tdg.ch:80/communaute/courrier-lecteurs/lettres-15-novembre-2008-11-14


Below is the full original letter Sent by UN Watch, followed by an English translation.

Votre article (« Portraits d’Américains de Genève », 31 Octobre 2008) sur Robert James Parsons, journaliste pour Le Courrier, prétend qu’il a été « mis à dos » par UN Watch pour des commentaires qu’il a fait sur le Proche-Orient. Ceci n’est pas vrai. Comme une organisation non gouvernementale qui promeut les droits de l’homme et qui protège énergiquement la liberté d’expression, nous n’avons jamais « mis à dos » aucun journaliste pour ses opinions.

Lors de la seule interaction que nous ayons eue avec M. Parsons, les faits étaient en réalité complètement différents. En juillet 2005, il a pris la parole lors d’une conférence de presse pour encourager les officiels des Nations Unies à défendre Jean Ziegler. Ceci faisait suite à une comparaison par Ziegler des israéliens aux nazis, pour laquelle il fut condamné respectivement par le Secrétaire général des Nations Unies Koffi Annan et par la Haute Commissaire aux Droits de l’Homme Louise Arbour — une réprimande sans précédent pour un délégué des Nations Unies. Annan et Arbour avaient agi après qu’UN Watch, qui combat le racisme et l’antisémitisme, ait porté l’incident au grand jour.

Agissant plus comme un partisan politique qu’un journaliste, Parsons a critiqué violement UN Watch lors de cette conférence de presse, et a fait une fausse déclaration dans le but de nous discréditer. De façon intéressante, il n’a pas divulgué ses propres liens avec Ziegler, y compris leur collaboration au livre anti-américain, « Le cartel Bush ».

A l’insu de Parsons, la conférence de presse a été diffusée en ligne. Lorsque nous lui avons demandé de s’expliquer sur cette fausse déclaration, il s’est excusé de façon embarrassée. Dans l’imagination actuelle de Parsons, cependant, il préfère apparemment jouer le martyr.

Votre article souligne combien Parsons « place l’éthique au dessus de tout ». Vraiment?

Hillel C. Neuer
Directeur exécutif
United Nations Watch
Genève


Dear Editor,

Your article (Nov. 3, 2008) on Le Courrier journalist Robert James Parsons claimed that he was “taken to task” by UN Watch for comments he made on the Middle East. This is untrue. As a non-governmental human rights organization that vigorously protects the freedom of expression, we have never “taken to task” any journalist for their views.

In the only interaction we ever had with M. Parsons, the facts were the complete opposite. In July 2005, he took the floor at a press conference to urge UN officials to defend Jean Ziegler. This was after Ziegler had compared Israelis to Nazis, for which he was condemned by both UN Secretary-General Kofi Annan and High Commissioner for Human Rights Louise Arbour — an unprecedented rebuke of a UN appointee. Annan and Arbour took action after UN Watch, which combats racism and anti-Semitism, brought the incident to light.

Acting more like a political partisan than a journalist, Parsons slammed UN Watch at the press conference, and made false statements in an effort to discredit us. Interestingly, he failed to disclose his own ties to Ziegler, including being co-contributor with him to an anti-American book, “Le Cartel Bush.”

Unbeknownst to Parsons, the press conference was broadcast online. When I asked him about his false statement, he embarrassingly apologized. In Parsons’ current imagination, however, he apparently prefers to play the martyr.

Your article emphasized how Parsons “places ethics above everything.” Really?

Hillel Neuer
Executive Director
United Nations Watch

Share

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Recent