“Israël : Une vaccination raciste ?”

“Israël : Une vaccination raciste ?”
Conseil des droits de l’homme de l’ONU
46e session, mars 2021

Partagez : Facebook  | Twitter  | YouTube

 

Maldives : “Nous demandons à la puissance occupante de garantir un accès et une distribution équitables des vaccins COVID-19 aux Palestiniens.”

Syrie : “Israël, la puissance occupante, poursuit ses mesures illégales et ses pratiques discriminatoires, la discrimination raciale contre le peuple palestinien.”

Namibie : “Cessez immédiatement la discrimination en matière de vaccins. La discrimination institutionnalisée pratiquée de la puissance occupante et l’Apartheid contre le peuple palestinien persiste depuis bien trop longtemps.”

Algérie : “Nous décrions le racisme institutionnel des Israéliens contre les Palestiniens.”

Human Rights Watch : “La politique de vaccination discriminatoire d’Israël souligne son rôle répressif et la nécessité d’une action internationale pour remédier à ses graves abus.”

Pakistan : “Politiques d’apartheid…”

Yémen : “Pratiques racistes d’Israël…”

Présidente du CDH : “Je donne la parole à United Nations Watch.”

Hillel Neuer, UN Watch : “Madame la Présidente, la Déclaration de Vienne garantit le droit à la santé. Aujourd’hui, la plus grande menace pour la santé publique est le coronavirus.

À cet égard, le programme de vaccination d’Israël, leader mondial, est un modèle à admirer et à suivre.

Pourtant, pour certaines personnes, toute bonne nouvelle concernant Israël est un problème. Elle perturbe leur vision du monde et les met en colère. Ainsi, leur réaction à la bonne nouvelle concernant les vaccins israéliens a été de la déformer en quelque chose de sinistre.

L’histoire qui a commencé à circuler a été résumé par le présentateur comique du journal télévisé de Saturday Night Live, qui a déclaré : “Israël annonce qu’il a vacciné la moitié de sa population – et je suppose que c’est la moitié juive”.

C’est exactement ce que beaucoup de gens dans le monde croient maintenant.

Madame la Présidente, je prends la parole aujourd’hui pour que tout le monde sache, devant les Nations Unies, et devant le monde : C’est un mensonge.

La vérité est que le programme de vaccination d’Israël a été mis en place dans toutes les régions arabes d’Israël depuis le premier jour.

Craignant qu’un nombre insuffisant d’Arabes israéliens ne viennent se faire vacciner, le Premier ministre israélien a visité des villes arabes, s’adressant aux caméras de télévision pour dire en arabe : “Allez vous faire vacciner”.

La vérité est que, au 5 mars, 84 % de la population arabe d’Israël âgée de plus de 50 ans avait reçu au moins une dose de vaccin ou était guérie du virus. Les chiffres sont encore plus élevés aujourd’hui.

Madame la Présidente, la vérité est qu’il n’y a jamais eu de discrimination ethnique ou religieuse dans le programme de vaccination d’Israël. La vérité est tout le contraire : Le gouvernement israélien a fait activement campagne pour encourager les Arabes israéliens à se faire vacciner.

Mais qu’en est-il des voisins palestiniens d’Israël ? Eh bien, ils ont leur propre système de santé et, en vertu de l’accord de paix d’Oslo II – article 17, annexe I – c’est l’Autorité palestinienne qui est chargée de vacciner sa population.

Bien qu’il n’y soit pas obligé, Israël apporte son aide. Le pays a déjà vacciné 90 000 Palestiniens qui entrent en Israël, et vient de transférer plus de 60 000 vaccins de COVAX  à l’Autorité palestinienne.

Une aide supplémentaire est prévue, et c’est une bonne chose.

Pourtant, au cours des derniers mois, on a entendu une rumeur récurrente et diffamatoire qui a commencé avec des militants, mais qui a ensuite été reprise maintes fois  par la BBC, le Guardian, le New York Times et d’autres médias dans le monde entier, selon laquelle Israël serait “raciste”.

Ce qui est très intéressant, c’est que ce n’est PAS ce que disaient les Palestiniens.  Regardez la chronologie.

21 décembre 2020 : Un responsable du ministère palestinien de la Santé déclare pour mémoire que l’Autorité palestinienne n’a PAS demandé à Israël de lui fournir le vaccin.

Le responsable de l’Autorité palestinienne a déclaré, comme le rapporte Khaled Abu Toameh du Jerusalem Post : “Nous travaillons de notre côté pour obtenir le vaccin auprès de plusieurs sources. Nous ne sommes pas un département du ministère israélien de la Défense. Nous avons notre propre gouvernement et notre propre ministère de la Santé, et ils font d’énormes efforts pour obtenir le vaccin.”

Soudain, le 11 janvier, le Premier ministre palestinien Shtayyeh a déclaré : “Nous condamnons le racisme d’Israël, la puissance occupante.”

Apparemment, l’Autorité palestinienne s’est sentie poussée par de prétendus militants des droits de l’homme à se joindre à cette calomnie. Ce sont ces mêmes militants qui font aujourd’hui pression sur ce Conseil pour qu’il élargisse sa liste noire des entreprises israéliennes, alors même que les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc font la paix avec Israël et développent leurs relations commerciales, touristiques et autres. Il y a là quelque chose de particulier.

3 janvier, The Guardian :”L’Autorité palestinienne n’a PAS demandé officiellement l’aide d’Israël. La coordination entre les deux parties s’est arrêtée l’année dernière, après que le président palestinien ait coupé les liens sécuritaires pendant plusieurs mois.”

Ce n’est qu’après que le faux récit ait été diffusé par d’autres, que l’Autorité palestinienne a soudainement changé de discours.

Au départ, la position de l’Autorité palestinienne était claire : elle disait avoir son propre gouvernement, son propre ministère de la santé et ne pas vouloir de l’aide d’Israël.

Mais les activistes en Europe et ailleurs ont promu un autre discours.

Le 3 janvier, Ken Roth de Human Rights Watch a tweeté sur “le traitement discriminatoire des Palestiniens par Israël dans la distribution du vaccin Covid”.

Le 5 janvier, Amnesty International a tweeté : “Alors qu’Israël célèbre une campagne de vaccination record, des millions de Palestiniens vivant sous contrôle israélien ne recevront aucun vaccin. Il ne pourrait y avoir de meilleure illustration de la manière dont la vie des Israéliens est plus importante que celle des Palestiniens.”

Madame la Présidente, ce n’est qu’après que ce faux récit ait commencé à se répandre que l’Autorité palestinienne a changé de discours.

Et les militants se contredisent eux-mêmes. Afin de blâmer Israël, des militants comme Ken Roth ont tenté de minimiser les pouvoirs et les responsabilités en matière de vaccination qui ont en fait été transférés à l’Autorité palestinienne en vertu des Accords d’Oslo. Pourtant, ce sont les mêmes personnes qui, dans un autre contexte – pour soutenir la poursuite des officiers israéliens devant la Cour pénale internationale – affirment que l’Autorité palestinienne est si puissante qu’elle peut être considérée comme un État.

Madame la Présidente : Le raisonnement et les intentions de ces militants sont clairs, et ils n’ont rien à voir avec les droits de l’homme.”

Share

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Recent