Kofi Annan Honors United Nations Watch Founder Morris Abram

Share

Share on facebook
Share on twitter

Recent

UN Watch’s Top Tweets in July 2020

Trending UN Watch tweets from July: UN Watch presses China on its repression of Uighur Muslims; U.N. hypocrisy on condemning Israel; Turkey turns UNESCO-listed Hagia

Press Release
SG/SM/7260

15 December 1999

KOFI ANNAN SAYS `HEALING OF WOUNDS’ BETWEEN JEWISH COMMUNITY AND UNITED NATIONS AMONG HIS PRIORITIES AS SECRETARY-GENERAL
Speech to New York Group Acknowledges Sense of ‘Exclusion’ and Calls For Mutual Understanding, Recognizing Jewish Contribution to World Body

——————————————————————————–

It is a great pleasure to join you this evening, and to have this opportunity to talk with you about the work of the United Nations — and your own key role in that work — as we enter a new century.

First, of course, I would like to add my voice to yours in paying tribute to Ambassador Morris Abram, who richly merits this recognition. I first met Morris in the 1980s, when we were both stationed in Geneva. He was known for the special interest he took in human rights issues. I was working for the High Commissioner for Refugees. Incredibly, there was no High Commissioner for Human Rights at that time. Both of us were concerned with helping some of the world’s most vulnerable and persecuted people, and we had what I would describe as an immediate meeting of minds.

Today, Morris’s many contributions over the years are known to us all. He has become a forceful advocate of freedom, tolerance and civil rights. He has served no fewer than five United States Presidents. And he has embraced, as one of his main causes, the fate of Jews around the world and their hopes of living fruitful lives, free from discrimination and fear.

He has, in short, proved himself a global citizen of the first rank. I say this even as head of an organization which has been on the receiving end of some sharp criticism from UN Watch, Morris’s current passion. Don’t get me wrong. We don’t agree with everything Morris says, but we can take it.

I know that to some of you in this audience, and in the Jewish community at large, it has sometimes seemed as if the United Nations serves all the world’s peoples but one: the Jews.

The exclusion of Israel from the system of regional groupings; the intense focus given to some of Israel’s actions, while other situations sometimes fail to elicit the similar outrage; these and other circumstances have given a regrettable impression of bias and one-sidedness.

As you know, the General Assembly some years ago rescinded its resolution equating Zionism with racism. Even so, deep and painful scars remain — for the United Nations, I should stress, as much as for you. One of my priorities as Secretary-General has been to try to heal these wounds and find our way to mutual understanding and partnership.

Building lives of security and dignity for all requires the full participation of all — of each and every individual and nation. I am glad to say that the Jewish community has been a significant presence at the United Nations from the beginning. Leaders of the American Jewish Committee were in San Francisco when the Organization was founded, and helped to infuse the Charter with concern for justice and human rights. Earlier this year, the American Jewish Committee donated $200,000 to the United Nations refugee agency for the reconstruction of schools in Kosovo, showing a humanitarian impulse that recognizes neither borders nor creed, but only fellow human beings in need.

And just last month, Felice Gaer of the American Jewish Committee’s Jacob Blaustein Institute was elected to the United Nations Committee against Torture, the first United States national to serve on this key body. This is doubly good news. First, Ms. Gaer brings a wealth of experience to the committee. Second, as its only woman, she will help correct the gender imbalance that has characterized the Committee.

So ours is a key relationship. The question is not whether the United Nations and the Jewish community should be closer partners. Rather, the key issue is how we shall get from here to there.

Let me stress that I believe there is much to build on. Despite our troubled history, the American Jewish Committee’s own public opinion polls show that 58 percent of American Jews have a favourable view of the United Nations, while only 20 percent have an unfavourable opinion.

Mr. Ramer, [President of the American Jewish Committee], I am grateful to you for telling the United States Congress this past July that the United Nations is an “indispensable institution”.

And the American Jewish Committee’s six-point plan concerning Israel’s treatment in the United Nations contains much that we in the Secretariat can only applaud: for example, your call for the United States to avoid denigrating the institution, and for the United States to pay its debts and dues in full and on time. You recognize the national interest in meeting international obligations.

But if the United Nations can be increasingly confident of your support, it is only fair that you should be able to feel growing confidence about the United Nations.

One encouraging step came one year ago when, for the first time, the General Assembly included anti-Semitism among the forms of racism it wishes to eliminate.

Discussions are also continuing on the possibility of Israel joining a regional group. I had very much hoped that Member States would have reached agreement on this by now. As I have said before, we must uphold the principle of equality among Member States. I shall keep encouraging all concerned to find a solution.

Above all else, a comprehensive, just and lasting settlement to the Arab- Israeli conflict would improve the situation immeasurably — first and foremost in the region, but also at the United Nations. During my own visit to the region last year, I witnessed the hardship and deprivation caused by decades of conflict. I visited Yad Vashem in Jerusalem, and learned more about the deep yearning of the Jewish people for a haven among the family of nations.

In Lebanon and on the Golan Heights, I heard villagers express hope that their homes and fields would never again become battle zones. In Gaza and in Jordan, I met with Palestinian refugees who for generations had known no life but that in the refugee camps — men, women and especially children trying to maintain their dignity under dismal conditions and restrictions.

Like my predecessors, I have tried to support the process by stressing the security and human rights of all parties. Three months ago, I appointed Terje Rod- Larsen of Norway as my Special Coordinator for the Middle East Peace Process. Both the Government of Israel and the Palestinian Authority, as well as the United States, welcomed this step and I have no doubt he will bring to this role the same talents, dedication and fair-mindedness he showed in helping to get the Oslo process started in the first place.

I am very encouraged that the parties are as deeply engaged as they are. We must help them guard the fragile accomplishments of the peace process. We must help as they press forward with an ambitious agenda and timetable. And we must guard against actions that might prejudice the outcome of the delicate negotiations. I know we all hope this will be the decisive push towards peace.

Though it may seem otherwise at times, the United Nations is not just a political body, and there is more on its agenda than Middle East issues. And while your influence will be crucial in supporting the peace process, there is also much more that the United Nations and the Jewish community can do together.

We need you to help in the campaign to ratify the Rome Statute for the International Criminal Court, which can serve as a bulwark against evil. We need you as our allies throughout the United States, from Main Street to the halls of Congress, in the struggle against isolationism and for multilateralism.

The new century is upon us, and the shape of the challenges ahead is clear. Some are as old as civilization itself: war, hunger, intolerance and inequality. Others are newer, such as the AIDS epidemic, climate change and the opportunities and risks associated with globalization. Some threats are conspicuous, such as drug-trafficking and terrorism. Others are more subtle, like corruption and money- laundering.

All these challenges share a crucial aspect: they transcend borders. They demand of us that we think less about what divides us, and more about what holds us together. They demand of us that we continue building an international community: a humane community with rules, with shared values and aspirations and, most of all, with a conscience.

It is unthinkable that your voices would not be part of this quest. Jews know the burden of bigotry. They know the longing for sovereignty. They know the pride and peril of nation-building. They know the push and pull between tradition and the modern; between individual needs and those of the community; between multiculturalism and more narrow visions of society. These are issues and questions that resonate for all people. As we search for answers, your participation can enrich the United Nations.

Friends, Jews around the world have just finished the annual celebration of Hanukkah — the last “festival of lights” in a dark and tumultuous century. Tragically, genocide is very much a word of our time, blighting humanity’s path and casting long shadows over genuine progress in the human condition. Indeed, the United Nations will never forget its origins in the fight against fascism, and that its Charter was drafted as the world was learning the full horror of the Holocaust. This history makes it especially sad that such a gulf arose between us.

If there is cause for optimism, it lies in the fact that there is today unprecedented global awareness of the centrality of human rights in people’s lives – – of the right of every individual to speak his or her mind; to work and worship as he or she pleases; in short, to control his or her own destiny.

Two days ago, on the tenth of December, as Hanukkah was winding to a close, men and women around the world also observed the last human rights day of the century: a day of remembrance of persecutions past, a day of solidarity with the victims of today, and finally a day when we express the fervent hope that in future the power of light can triumph over darkness.

Together, we have an opportunity — and an obligation — to bring more light into the world. Jews have been engaged in just such a mission since the far reaches of antiquity. For the past fifty-four years — certainly not as long, although it has felt that way at times — this has also been the mission of the United Nations. Neither of us has always succeeded. But neither have we stopped trying. Let us join forces and build a better world together. Thank you very much

_________

Kofi Annan rend hommage au fondateur de UN Watch Morris B. Abram
15 décembre 1999

Communiqué de Presse
SG/SM/7260

“RECONCILIER LA COMMUNAUTE JUIVE ET L’ONU EST L’UNE DE MES PRIORITES EN TANT QUE SECRETAIRE GENERAL”, DECLARE KOFI ANNAN
Dans le discours qu’il a adressé au Groupe de New York, le Secrétaire général se dit conscient de l’existence d’un sentiment d'”exclusion”

——————————————————————————–

C’est un grand plaisir pour moi d’être avec vous ce soir et de pouvoir discuter avec vous de l’action de l’Organisation des Nations Unies, et de votre rôle essentiel dans cette action, à l’aube d’un nouveau siècle.

Bien sûr, je voudrais pour commencer joindre ma voix aux vôtres pour rendre un hommage très mérité à Monsieur l’Ambassadeur, Morris Abram. J’ai fait la connaissance de Morris dans les années 1980, alors que nous étions l’un et l’autre en poste à Genève. Il était connu pour l’intérêt particulier qu’il portait aux questions relatives aux droits de l’homme. Je travaillais alors au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. À cette époque, aussi incroyable que cela paraisse, il n’y avait pas de Haut Commissaire aux droits de l’homme. Morris et moi-même étions appelés à aider certaines des populations les plus vulnérables et les plus persécutées du monde, et il est immédiatement né entre nous ce que je décrirais comme une entente profonde.

Aujourd’hui, les multiples contributions que Morris a apportées au cours des années sont connues de nous tous. Il est devenu un énergique défenseur de la liberté, de la tolérance et des droits civils. Il a servi pas moins de cinq Présidents des États-Unis d’Amérique. Et l’une des grandes causes qu’il a embrassées est celle du sort des Juifs qui, partout dans le monde, espèrent vivre une vie prospère, où la discrimination et la peur n’existent plus.

Pour être bref, je dirai que Morris a montré qu’il était un citoyen du monde de tout premier ordre. Je l’affirme alors même que je suis à la tête d’une organisation qui fait les frais de critiques acerbes de la part de UN Watch, la passion actuelle de Morris. Comprenez-moi bien: l’ONU n’est pas d’accord avec tout ce que dit Morris, mais elle peut l’accepter.

Je sais que certains d’entre vous ici, et dans la communauté juive en général, ont parfois le sentiment que l’ONU défend les intérêts de tous les peuples du monde à l’exception d’un seul: le peuple juif.

L’exclusion d’Israël du système des groupes régionaux; la polarisation de l’attention sur certaines des initiatives prises par Israël et le fait que d’autres situations ne suscitent pas la même indignation; cela, et d’autres circonstances, a malheureusement fait naître le sentiment d’un parti pris.

Comme vous le savez, l’Assemblée générale a, il y a quelques années, annulé la résolution dans laquelle elle mettait le sionisme sur le même plan que le racisme. Mais les blessures causées restent profondes et douloureuses, pour les Nations Unies, et je tiens à le souligner, autant que pour vous. L’une de mes priorités en tant que Secrétaire général est d’essayer de panser ces plaies pour que s’instaurent entre nous la compréhension et le partenariat.

Permettre à tous de vivre en sécurité et dans la dignité exige la participation sans réserve de chacun d’entre nous, de chaque individu sans exception et de chaque nation. Je me félicite de pouvoir dire que la communauté juive est très présente à l’ONU depuis le début. Des représentants de l’American Jewish Committee étaient à San Francisco lors de la création de l’Organisation et ont aidé les auteurs de la Charte à y insuffler le sens de la justice et des droits de l’homme. Au début de l’année, le Comité a versé 200 000 dollars au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour financer la reconstruction d’écoles au Kosovo, obéissant ainsi à un élan humanitaire spontané que n’arrêtent ni les frontières ni les croyances, dans le seul souci de venir en aide à d’autres êtres humains.

Pas plus tard que le mois dernier, Felice Gaer, de l’Institut Jacob Blaustein de l’American Jewish Committee, a été élue membre du Comité des Nations Unies contre la torture, devenant ainsi la première Américaine à servir dans cet organe essentiel. Il s’agit là d’un événement doublement heureux : non seulement Mme Gaer apporte au Comité un important capital d’expérience mais encore, étant la seule femme au Comité, elle contribuera à pallier le déséquilibre entre les sexes qui le caractérisait.

Notre relation est donc essentielle. Il ne s’agit pas de se demander si les Nations Unies et la communauté juive devraient être de meilleurs partenaires, mais comment nous parviendrons à cet objectif.

Permettez-moi de vous dire que je suis convaincu qu’il existe une base solide. En dépit de nos relations tumultueuses, les sondages d’opinion de l’American Jewish Committee lui-même indiquent que 58 % des Juifs américains ont une opinion favorable de l’ONU et 20 % seulement une opinion défavorable.

M. Ramer [Président de l’American Jewish Committee], je vous suis reconnaissant d’avoir déclaré devant le Congrès américain, en juillet dernier, que l’Organisation des Nations Unies est une “institution indispensable”.

Et le plan en six points proposé par l’American Jewish Committee concernant le traitement d’Israël au sein de l’ONU comporte de nombreux éléments dont le Secrétariat ne peut que se féliciter. Vous demandez instamment aux États-Unis d’Amérique, par exemple, d’éviter de dénigrer l’institution, et de rembourser leurs dettes et d’acquitter leur contribution intégralement et promptement. Vous avez conscience qu’il est de l’intérêt national de respecter les obligations internationales.

Mais si l’ONU peut avoir une confiance croissante en votre appui, il est normal que vous puissiez avoir une confiance croissante en l’ONU.

L’année dernière, l’Assemblée générale a pour la première fois inclus l’antisémitisme parmi les formes de racisme qu’elle souhaite éliminer, et ce fut là un progrès encourageant.

Les débats se poursuivent quant à la possibilité pour Israël de se joindre à un groupe régional. J’espérais vivement que les États Membres seraient aujourd’hui parvenu à un accord sur cette question. Comme je l’ai déjà dit, nous devons défendre le principe de l’égalité entre les États Membres, et je continuerai d’encourager tous les intéressés à trouver une solution.

Plus que tout autre chose, un règlement global, juste et durable du conflit arabo-israélien améliorerait infiniment la situation — avant tout et surtout dans la région, mais aussi à l’ONU. Lors du voyage que j’ai personnellement effectué l’année dernière, j’ai constaté les difficultés et les privations causées par des décennies de conflit. Je suis allé à Yad Vashem, à Jérusalem, et j’ai mieux compris d’où vient le désir profond du peuple juif de trouver un havre dans le concert des nations.

Au Liban et sur les hauteurs du Golan, j’ai entendu des villageois exprimer l’espoir que leurs maisons et leurs terrains ne deviennent plus jamais des champs de bataille. À Gaza et en Jordanie, j’ai rencontré des réfugiés palestiniens qui, de générations en générations, n’ont jamais vécu ailleurs que dans les camps de réfugiés — des hommes, des femmes et surtout des enfants, qui s’efforcent de préserver leur dignité en dépit de la situation sinistre et des restrictions.

À l’instar de mes prédécesseurs, j’ai essayé d’encourager le processus de paix en faisant valoir le droit à la sécurité et les droits de l’homme de toutes les parties intéressées. Il y a trois mois, j’ai nommé le Norvégien Terje Rod-Larsen Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient. Le Gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne, ainsi que les États-Unis d’Amérique, ont approuvé cette initiative et je suis convaincu que M. Rod-Larsen s’acquittera de sa mission avec un talent, un dévouement et une impartialité semblables à ceux dont il a usé pour lancer le processus d’Oslo.

Je trouve très encourageante la détermination profonde dont font preuve les parties au conflit, que nous devons les aider à préserver les fragiles acquis du processus de paix. Nous devons les aider à progresser selon les échéances et le programme ambitieux qu’ils se sont fixés. Et nous devons nous prémunir contre les actions susceptibles de compromettre l’issue des délicates négociations en cours. Je sais que nous espérons tous que cet effort décisif amènera la paix.

Bien qu’il semble parfois en aller autrement, l’ONU n’est pas seulement un organe politique et son ordre du jour n’est pas limité aux questions concernant le Moyen-Orient. Votre influence sera certes cruciale pour le processus de paix, mais les Nations Unies et la communauté juive ensemble peuvent faire beaucoup plus.

Nous avons besoin de votre appui dans la campagne en faveur de la ratification du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, qui pourra servir de rempart contre le mal. Nous avons besoin de vous comme alliés partout aux États-Unis, de Main Street aux couloirs du Congrès, dans notre combat contre l’isolationnisme et pour le multilatéralisme.

Un nouveau siècle s’ouvre devant nous et les défis que nous aurons à relever sont clairs. Certains sont aussi anciens que la civilisation elle-même : la guerre, la faim, l’intolérance et l’inégalité. D’autres sont plus récents, par exemple la pandémie de sida, le changement climatique et les possibilités et les risques liés à la globalisation. Certaines menaces sont évidentes, comme le trafic de drogues et le terrorisme, d’autres, comme la corruption et le blanchiment de l’argent, sont plus subtiles.

Tous ces défis ont un point commun essentiel : ils transcendent les frontières. Ils exigent de nous que nous pensions moins à ce qui nous divise et davantage à ce qui nous rassemble. Ils exigent de nous que nous continuions à construire une communauté internationale : une communauté humaine où existent des règles, des valeurs et des aspirations communes et, plus que tout, une conscience.

Il est inconcevable que vous ne participiez pas à cette quête. Les Juifs connaissent le poids de la bigoterie. Ils connaissent le désir de souveraineté. Ils connaissent la fierté et les périls inhérents à l’édification d’une nation. Ils connaissent les tensions entre la tradition et le modernisme, entre les besoins de l’individu et ceux de la communauté; entre le multiculturalisme et des visions plus étroites de la société. Ce sont là des difficultés et des questions qui ont une résonance pour tous les peuples. Alors que nous cherchons à les résoudre, votre participation peut enrichir l’ONU.

Mes amis, les Juifs du monde entier viennent tout juste de clore la célébration annuelle de Hanouka, la dernière “fête des Lumières” dans un siècle de ténèbres et de tumultes. Tragiquement, “génocide” est un mot très caractéristique de notre temps, qui assombrit l’avenir de l’humanité et jette des ombres immenses sur les améliorations véritables de la condition humaine. Les Nations Unies n’oublieront jamais les origines de leur combat contre le fascisme, ni le fait que leur Charte a été élaborée au moment où le monde découvrait toute l’horreur de l’Holocauste. L’histoire rend d’autant plus attristant le fossé immense qui s’est creusé entre nous.

S’il est une raison d’être optimiste, elle tient au fait qu’il existe aujourd’hui une conscience mondiale sans précédent de la place centrale qu’occupent les droits de l’homme dans la vie des gens — le droit qu’a chacun de dire ce qu’il ou elle pense; de travailler; d’avoir le culte qu’il ou elle veut; en un mot, de contrôler son propre destin.

Il y a deux jours, le 10 décembre, alors que la célébration d’Hanouka touchait à sa fin, des hommes et des femmes ont célébré partout dans le monde la dernière Journée des droits de l’homme du siècle; une journée du souvenir des persécutions d’hier, une journée de solidarité avec les victimes d’aujourd’hui, et, enfin, une journée où nous exprimons l’espoir fervent que, demain, la lumière triomphera des ténèbres.

Ensemble, nous avons la possibilité — et l’obligation — de faire entrer davantage de lumière dans le monde. Les Juifs sont engagés dans une mission tout à fait semblable depuis l’aube de l’antiquité. Depuis cinquante-quatre ans — et donc depuis bien moins longtemps, malgré ce que l’on ressent parfois — telle est aussi la mission des Nations Unies. Ni les uns ni les autres n’avons toujours réussi. Mais nous n’avons pas non plus renoncé à essayer. Unissons nos forces et construisons ensemble un monde meilleur. Merci beaucoup.