L’AG de l’OMS dévie du coronavirus pour s’en prendre à Israël

Vote complet au bas de la page

GENÈVE, le 16 novembre 2020 – S’écartant de son thème principal, la réponse mondiale à la pandémie de coronavirus, jeudi 12 novembre, l’assemblée annuelle de l’Organisation mondiale de la santé des Nations Unies a tenu une session de quatre heures centrée sur Israël. À cette occasion, l’État juif s’est vu condamner dans les discours d’une trentaine de délégations, dont l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, Cuba, la Malaisie, le Liban et le Venezuela, pour avoir prétendument violé les droits à la santé des Palestiniens et des Syriens sur le plateau du Golan.

La session s’est terminée par un vote de 78 voix contre 14, avec 32 abstentions, pour l’adoption d’une résolution, coparrainée par la Syrie, Cuba, la Turquie, le Qatar et la délégation palestinienne, demandant à l’OMS de tenir le même débat lors de l’assemblée de l’année prochaine, et de préparer un autre rapport sur les “Conditions sanitaires dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé”.

L’Iran a accusé Israël d’un “blocus inhumain” qui, selon lui, a eu “un impact profond sur le secteur de la santé”.

Lors de la session de l’OMS, l’ambassadrice israélienne, Meirav Eilon Shahar a rappelé dans un discours éloquent, comment, en 2017, l’OMS a enterré son propre rapport d’experts sur les conditions sanitaires dans le Golan – parce qu’il était favorable à Israël. Le rapport, que l’OMS a refusé de publier sous la pression syrienne, constatait qu'”il n’y avait pas d’obstacles importants pour les résidents à l’accès aux soins primaires, secondaires ou tertiaires, même pour les membres les plus vulnérables de la communauté”.

Exposer la politisation cynique de l’Organisation mondiale de la santé

UN Watch, première organisation à réagir et donner cette information, a condamné la politisation cynique de la première agence mondiale de santé au détriment de la pandémie COVID-19 et d’autres priorités et urgences sanitaires mondiales vitales.

Le rapport de UN Watch a été diffusé par Ynet, i24news, Times of Israel, Algemeiner, Israel Hayom et d’autres journaux.

L’OMS montre du doigt Israël, ignore la Syrie, le Yémen et le Venezuela

Sur les 23 points à l’ordre du jour de l’assemblée mondiale de la santé de 2020, un seul, le point 17 visant Israël, portait sur un pays spécifique.

Il n’y a eu aucun point de l’ordre du jour ni aucune résolution sur un autre pays, un conflit, une guerre civile ou une situation politique ; rien sur la Syrie, où les hôpitaux et autres infrastructures médicales sont bombardés de manière répétée et délibérée par les forces syriennes et russes ; rien sur le Yémen déchiré par la guerre, où 14 millions de personnes ont un besoin urgent d’assistance sanitaire ; et rien sur le Venezuela, où le système de santé est délabré et où 7 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire”, a déclaré M. Neuer.

Israël accusé à tort de violer le droit à la santé des Palestiniens et des Syriens

En s’attaquant à Israël pendant quatre heures, l’OMS a encouragé le mensonge selon lequel Israël porte atteinte aux droits des Palestiniens en matière de santé. Mais c’est le contraire qui est vrai.”

Malgré le conflit, Israël accorde l’entrée à des dizaines de milliers de Palestiniens qui reçoivent des soins médicaux de haut niveau dans les hôpitaux israéliens. Même l’envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient a salué l'”excellente” coordination et la coopération d’Israël avec les Palestiniens dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

Les équipes médicales israéliennes se coordonnent avec les professionnels médicaux palestiniens pour fournir une formation et une assistance. Israël transfère du matériel médical et a formé des dizaines de médecins, d’infirmières et de personnel médical palestiniens de Gaza.

Cliquez ici pour le rapport de UN Watch d’aujourd’hui sur la coopération sanitaire entre Israël et les Palestiniens (en anglais).

En outre, il est particulièrement absurde que l’OMS adopte une résolution accusant Israël de violer le droit à la santé des Syriens dans le Golan, alors qu’en réalité les hôpitaux israéliens fournissent des traitements vitaux aux Syriens fuyant vers le Golan les attaques barbares du régime Assad.

La France fait parti de la minorité de pays européens qui ont soutenu cette résolution

Le résultat du vote de cette résolutiona été de 78 contre 14, avec 32 abstentions et 56 absents.

UN Watch applaudit les nombreux pays qui, cette année, ont fait passer leur vote du oui à l’abstention, notamment la Suède, la Norvège, Chypre, la Finlande, la Grèce, l’Islande et l’Uruguay. La Norvège a expliqué que l’OMS n’était pas un forum pour les questions politiques. Il y a eu 32 abstentions cette année, soit 11 de plus qu’en 2019.

Cependant, dans un contexte de pandémie mondiale, la minorité des États membres de l’UE et autres démocraties qui ont voté en faveur de la résolution devrait avoir honte, notamment la France, l’Espagne, la Belgique, la Suisse, l’Irlande, la Pologne, le Portugal, le Japon, l’Inde, la Nouvelle-Zélande, le Luxembourg et Monaco.

Ces pays encouragent la dérive des priorités internationales en matière de santé, et le détournement de temps, d’argent et de ressources précieuses pour lutter contre les maladies globales, afin de poursuivre politiquement Israël.

Quiconque a déjà mis les pieds dans un hôpital ou une clinique israélienne sait qu’ils fournissent des soins de santé de classe internationale à des milliers d’Arabes palestiniens – y compris au cours du mois dernier au négociateur palestinien Saeb Erekat – ainsi qu’aux Syriens fuyant Assad.

Ceux qui ont voté non comme l’année dernière sont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, le Brésil, le Canada, la République tchèque, l’Allemagne, le Honduras, la Hongrie et Israël, tandis que ceux qui ont changer leur vote pour non cette année sont la Slovénie, le Cameroun, Eswatini et la Micronésie.

En plus de voter contre la résolution, les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont pris la parole pour s’opposer à la politisation du forum.

La résolution demande le renouvellement du rapport et du débat sur Israël

La résolution charge le directeur général de l’OMS de préparer un autre rapport l’année prochaine, qui sera soumis à la 74ème Assemblée mondiale de la santé en 2021, assurant ainsi une autre journée consacrée aux accusations acerbes contre Israël par l’Iran, la Syrie, le Venezuela et d’autres.

En adoptant la résolution, l’assemblée a également adopté un rapport de l’OMS qui affirme que “les Palestiniens vivant sous occupation chronique sont exposés à des niveaux élevés de violence”. Le Hamas et le Jihad islamique n’ont été mentionnés nulle part.

Le rapport accuse Israël de “violence envers les manifestants”, mais ne mentionne le rôle du Hamas et d’autres groupes terroristes dans l’orchestration de la violence et l’incitation des manifestants à s’approcher de la zone hostile à la frontière entre Gaza et Israël.

Le rapport de l’OMS pointe en outre du doigt Israël pour les “problèmes de santé mentale et psychosociaux” des Palestiniens, accusant implicitement l’État juif d’avoir fait souffrir les Palestiniens de “dépression, de troubles anxieux, de stress post-traumatique, de troubles bipolaires ou de schizophrénie”.

Le rapport de l’OMS salue aussi le rôle de l’UNRWA dans la formation de 2 000 membres du personnel pour fournir de l’aide dans le domaine de la santé mentale, mais passe sous silence le rôle des enseignants de l’UNRWA dans l’incitation au terrorisme et à la violence et son impact sur la santé mentale des enfants palestiniens.

————-

Résolution: ” Conditions de Santé dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem est et le Golan syrien occupé” 

Votes in favour: Afghanistan, Algérie, Angola, Argentine, Arménie, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bangladesh, Biélorussie, Belgique, Belize, Bhoutan, Bolivie, Bosnie-Hérzégovine, Botswana, Brunéi Darussalam, Chili, Chine, Cuba, Corée du Nord, Djibouti, Équateur, Égypte, El Salvador, France, Guyane, Inde, Indonésie, Iran, Irak, Irlande, Jamaïque, Japon, Jordanie, Koweït, Kirghizistan, Laos, Liban, Libye, Luxembourg, Malaysie, Maldives, Malte, Ile Maurice, Mexique, Monaco, Maroc, Mozambique, Namibie, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Niger, Oman, Pakistan, Panama, Paraguay, Pérou, Pologne, Portugal, Qatar, République de Corée, Russie, Arabie Saoudite, Singapour, Afrique du Sud, Espagne, Sri Lanka, Soudan, Suisse, Syrie, Thaïande, Tunisie, Turquie, Ouganda, Émirats Arabes Unis, Vietnam, Yémen, Zimbabwe.

Votes against: Australie, Brésil, Cameroun, Canada, Tchéquie, Eswatini, Allemagne, Honduras, Hongrie, Israël, Micronésie, Slovénia, Royaume Uni, États-Unis.

Abstentions: Autriche, Barbados, Bulgarie, Colombie, Croatie, Chypre, Danemark, République Domonicaine, Estonie, Fidji, Finlande, Grèce, Guatemala, Haïti, Islande, Italie, Kenya, Lettonie, Lithuanie, Madagascar, Monténégro, Macédoine du Nord, Pays-Bas, Norvège, Philippines, Moldavie, Roumanie, Saint Marin, Slovaquie, Suède, Ukraine, Uruguay.

Absent: Albanie, Andorre, Bahamas, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cabo Verde, Cambodge, Iles Cook, Costa Rica, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Dominica, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Georgie, Ghana, Grenade, Guinée-Bissau, Guinée Equatoriale, Kazakhstan, Lesotho, Libéria, Malawi, Mali, Iles Marshall, Mauritanie, Mongolie, Myanmar, Nauru, Népal, Nigéria, Palau, Papouasie Nouvelle Guinée, Rwanda, Sainte Lucie, Saint Kitts and Nevis, Saint Vincent et les Grenadines, Samoa, Sao Tomé-et-Principe, Serbie, Seychelles, Sierra Leone, Suriname, Tadjikistan, Timor-Leste, Togo, Tonga, Trinité-et-Tobago, Turkménistan, Tuvalu, Tanzanie, Uzbekistan, Vanuatu, Zambie.

Share

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Recent