«Événement spectaculaire»: le Gala inaugural de New York de UN Watch reçoit de nombreuses éloges

Anthony Meyer, à droite, membre du conseil de UN Watch, a présidé le tout premier dîner de gala de l’organisation à New York. Basée à Genève depuis 1993, UN Watch a l’intention de renforcer sa présence à New York
Des centaines de personnes se sont rassemblées à l’hôtel Plaza le 5 décembre pour ce que les invités ont décrit comme « une soirée incroyable et impressionnante » avec « de fabuleux orateurs et lauréats », afin de célébrer les accomplissements de UN Watch lors de son dîner de gala inaugural à New York.

Devant un auditoire composé d’éminentes personnalités, dont des diplomates, des écrivains et des dirigeants communautaires, l’organisation  non gouvernementale de défense des droits humains a remis son prix Eleanor Roosevelt 2019 à l’Ambassadeur Nikki Haley, ancienne représentante des États-Unis aux Nations Unies, qui a prononcé le discours inaugural.

Professeur Irwin Cotler, membre du conseil d’administration de UN Watch et ancien ministre de la Justice et procureur général du Canada, a rendu hommage à l’Ambassadeur Alfred H. Moses à l’occasion de son 18eanniversaire à la présidence de UN Watch.

Sous la présidence d’Anthony Meyer, membre du conseil de UN Watch, l’Ambassadeur Diego Arria, ancien envoyé de l’ONU au Venezuela et président du Conseil de Sécurité, actuellement membre du Conseil consultatif international de UN Watch, ainsi que Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch, ont également pris la parole.

La projection de vidéos spectaculaires montrant les dernières réalisations de UN Watch a reçu des éloges de la part du public, composé de plus de 300 invités, dont des amis et sympathisants de UN Watch venus de Miami, Montréal et Sydney, pour afficher leur soutien à l’organisation.

Pour voir les photos de la soirée, cliquez ici.

Hommage à Alfred Moses à l’occasion de ses 18 années passées à la présidence de UN Watch

« Ce soir, à l’occasion de ses 18 années de service dévoué en tant que Président de UN Watch, nous exprimons notre profonde gratitude à Alfred Moses, un diplomate distingué, un fonctionnaire exemplaire, conseiller auprès de présidents et avocat des avocats, pour son leadership inspiré, sa générosité, sa sagesse et ses réalisations remarquables », a déclaré le Professeur Cotler.

« Alfred a apporté toute son expertise à son rôle de président de UN Watch, qui s’est exprimé sans relâche dans ses rencontres avec les chefs de gouvernement, les ministres des affaires étrangères, les fonctionnaires de l’ONU, la société civile, etc. » Cliquez ici pour voir la vidéo

« Nous devons continuer à détruire le Goliath biblique parce que c’est une bataille sans fin », a répondu l’ambassadeur Moses. « Les droits de l’homme ne doivent jamais être tenus pour acquis. »

« Irwin a cité le Rabin Hillel le Sage : “Et si ce n’est pas maintenant, quand ?” Bon aphorisme. Mais Hillel dit aussi:

” Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ? Et si je suis pour moi, que suis-je ?”

« Il s’agit d’une sorte de définition de tout l’éthos juif : le particularisme, la défense de nous-mêmes en tant que peuple juif, le droit d’être différent, de professer notre foi et notre culture, de rappeler et de célébrer notre histoire. Mais aussi, reconnaître que nous vivons dans un monde où nous ne représentons qu’une toute petite partie. Nous sommes 15 millions sur plus de 6 milliards. La plupart des gens ne savent pas que nous sommes très peu nombreux, vraiment très peu. Mais nous faisons une différence. Et si nous faisons une différence, c’est parce que nous défendons ce qui est juste et droit. Et c’est tout ce qui compte. »

« Le peuple juif n’était pas fondé sur une notion abstraite. Toute l’origine de notre peuple, qui a commencé avec le patriarche Abraham, est basée sur le fait qu’il était béni parce que, selon les paroles de la Torah, sa famille, ses fils, feront ce qui est juste et droit. Il n’y a pas d’autre raison d’être que de faire ce qui est juste et droit. Merci à vous tous. »

CLIQUER POUR VOIR LA VIDÉO

 

Nikki Haley reçoit le prix Eleanor Roosevelt de UN Watch

Je suis honorée de recevoir ce prix ce soir. Hillel et UN Watch ont été une source irremplaçable de connaissances et de clarté morale lorsque j’étais aux Nations Unies. Hillel est quelqu’un que l’on souhaiterait tous avoir à nos côtés partout à l’ONU. Il se bat pour la bonne cause, tous les jours.

 Je suis heureuse de savoir que lui et ses collègues ont trouvé en moi une voix aussi fiable pour les droits de l’homme que j’ai trouvé en eux. Et je sais que notre travail se poursuivra. Je continuerai à assurer vos arrières, Hillel.

Il y a une autre raison, plus fondamentale, pour laquelle je suis heureuse d’être honorée par UN Watch ce soir.  Parmi les très nombreuses organisations qui se consacrent au contrôle des Nations Unies, UN Watch est pratiquement la seule à le faire d’une manière qui semble révolutionnaire. UN Watch s’assure que « l’ONU respecte sa propre charte ».

 « À l’aune de sa propre charte ». Ce sont des mots qui font peur aux gens de Turtle Bay.

Les États-Unis sont membres de l’Organisation des Nations Unies parce que nous croyons en son objectif : la promotion et la protection de la paix, de la sécurité et des droits de l’homme. Nous croyons qu’il faut faire en sorte que l’ONU respecte ses principes fondateurs.  Mais il n’est pas nécessaire de passer trop de temps à l’ONU pour voir que si l’ONU ne respecte pas ses principes, ce n’est pas seulement le fait de quelques personnes isolées ou de quelques actions isolées.

Il y a une culture à l’ONU qui fait qu’elle ne respecte pas toujours sa charte. C’est une culture d’hypocrisie, d’habilitation et d’irresponsabilité.

C’est aussi une culture d’intimidation.

Et je m’y connais en intimidation.

Là où j’ai grandi, nous étions la seule famille indienne dans une petite ville du sud de la Caroline du Sud. Nous n’étions pas assez blancs pour être blancs, ou assez noirs pour être noirs.

Mes parents étaient immigrants. Mon père portait un turban. C’est encore le cas aujourd’hui. Ma mère portait un sari.

Les gens de notre ville ne savaient pas qui nous étions, ce que nous étions ou pourquoi nous étions là.

Il y a eu des moments où j’ai été victime d’intimidation dans mon enfance.

Donc je la reconnais quand je la vois. Et je n’oublierai jamais la première fois que j’ai vu personnellement la culture de l’intimidation aux Nations Unies.

Chaque mois, au Conseil de Sécurité, il y a une session consacrée au Moyen-Orient. J’en suis venue à l’appeler la session mensuelle de dénigrement d’Israël. Cela durait depuis des décennies.

J’ai été choquée par ce que j’ai vu.

Je suis sortie de cette première session et j’ai déclaré publiquement que, si nous voulons parler de sécurité au Moyen-Orient, nous devrions parler de l’Iran, de la Syrie, du Hezbollah, du Hamas, de l’État islamique ou de la famine au Yémen. Il y a une dizaine de problèmes majeurs au Moyen-Orient, et Israël n’a rien à voir avec aucun d’entre eux.

À peu près tous les mois par la suite, j’ai parlé d’autre chose que d’Israël. Je ne peux pas dire que nous avons résolu le problème, mais je peux dire que plusieurs autres pays ont suivi notre exemple. Ce qui était autrefois une session mensuelle de dénigrement d’Israël, est désormais, à un certain niveau une session plus équilibrée.

CLIQUER ICI POUR VOIR LE DISCOURS ET LA VIDÉO