UN Watch Oral Statement
Delivered by Cindy D. Tan, 1 October 2009

Agenda Item 10: Technical Assistance and Capacity-Building

Version Française ci-dessous

Thank you, Mr. President.

UN Watch extends its appreciation to the Special Rapporteur and we welcome his report.

Mr. President,

For me, this topic is not academic. I am a child of Cambodia. My parents were forced into labor for four years during the Cambodian genocide. My mother was raped, and my father was burned with cigarettes. My family died in those camps.

To this very day, the legacy of genocide continues to claim victims in Cambodia, and I urge this Council to address their plight.

Every year, two million women and children are sold into sexual slavery. Many are sold for $10. Many are under the age of 5.

Professor Subedi, your report refers to “noteworthy achievements” in combating sexual trafficking. Is this why sexual trafficking is missing from the priorities you defined in your report?

Every year, children become trapped by abject poverty and are forced into hard labor. They suffer from disease and abuse. This is their fate.

Professor Subedi, will you, in your next report, address the urgent situation of child labor?

The Cambodian people are deprived of a fair judiciary and responsible government. Most Cambodians do not believe in the legal system. Most Cambodians do not even know that they have human rights.

Your report states that there is a disconnect between law and reality. Cambodian law prohibits domestic violence, yet the statute defines no penalty. Cambodian law entitles citizens to the right of land, yet thousands have been evicted. The Khmer Rouge officials who destroyed this country still possess the reins of government. If we are to make any progress, we must focus on strengthening the rule of law.

Professor Subedi, we recognize the enormity of the task. Millions of Cambodian men, women and children look to the United Nations for help. We are counting on you.

Thank you.
__________________________

Version Française

Conseil des droits de l’homme
Genève, le 1/10/09

Mr le président

Pour moi, ce sujet n’est pas académique. Je suis un enfant du Cambodge. Mes parents ont été forcés au travail pendant 4 ans durant le Génocide Cambodgien. Ma mère a été violée et mon père a été torturé avec des brûlures de cigarettes. Ma famille est morte dans ces camps.

En ce jour exceptionnel, , l’héritage du génocide continue et fait d’avantage de victimes
Je lance un appel urgent au conseil afin d’examiner cette situation critique.

Chaque année, 2 millions de femmes et d’enfants sont vendus comme esclaves sexuels. Certains sont même abusés pour la somme de 10 dollars et beaucoup d’entre eux n’ont même pas 5 ans.

Chaque année, des enfants en sont réduits à une extrême pauvreté et sont forcés au travail inhumain, ils sont abusés et souffrent de maladies. C’est leur triste sort.

Professeur Subedi, dans votre prochain rapport allez vous alarmez l’opinion de sur cette situation et du travail forcé des enfants.

Professeur Subedi, Votre rapport fait référence “aux remaquables accomplissements à produire” pour combattre le trafic sexuel.

Est-ce la raison pour laquelle le trafic sexuel manque de priorités comme vous l’avez défini dans votre rapport ?

Le peuple cambodgien est privé de systeme judiciaire juste et d’un gouvernement responsable.

Le peuple cambodgien est privé de ses droits les plus fondamentaux dans un pays ou il n’existe aucun sytème judiciaire responsable.

La plupart des cambodgiens ne croient pas au sytème légal de leur pays. Ils ne savent même pas qu’ils ont des droits humains.

Votre rapport fait état d’une disconnection entre la loi et la réalité.

La loi cambodgienne précise que ses citoyens ont droit à la propriété de la terre mais en même temps des milliers en sont expulsés, elle interdit la violence mais ce délit n’est pas réprimé.

Les officiels Khmer rouges qui ont détruit ce pays détiennent toujours les rennes du pouvoir.

Si nous voulons voir le moindre progrès, nous devons nous focaliser sur le renforcement des règles de la loi.

Professeur Subedi, nous reconnaissons l’énormité de la tâche.

Des millions d’hommes et de femmes cambodgiens comptent sur les Nations unies pour leur venir en aide.

Nous comptons sur vous.

Traduction: Jean Vercours (source)

Author

Coen

Related Posts